Au début du mois de Novembre 1918, la 1ère Division d'Infanterie avait suivi les Allemands vers la frontière. Le 7 Novembre, les Allemands semblaient prêts à s'établir pour résister, et les éléments de la Division se mirent en position d'attaque le matin suivant. L'attaque fut stoppé lorsque les Allemands se retirèrent de l'autre côté de la frontière. Des rumeurs d'armistice se faisaient entendre.
  Le  6e Régiment d'Artillerie de Campagne reçut l'ordre de se retirer dans le secteur de Beaumont, près de Vaux-en-Drelet. Il s'installa dans un coin boisé le 8 Novembre, ou aux alentours de cette date.
  Deux lieutenants du 2e Bataillon du 6e d'Artillerie, en visitant une ville détruite dans les environs, découvrirent une cave renfermant de nombreuses caisses de vin. Ils s'aperçurent qu'il s'agissait de "Ch... -du - P...". Ils en parlèrent avec d'autres officiers, et décidèrent que ce serait vraiment dommage d'abandonner une telle découverte. Ils en informèrent l'officier commandant qui déclara qu'ils ne tireraient probablement plus la moindre salve avant l'occupation, et il donna  la permission de décharger les réserves de munitions des chariots d'escorte, et de discrètement les remplir avec le vin. Dans les sections d'artillerie il restait encore 3 jours de munitions pour chaque batterie.
  Les munitions furent déchargées, le vin chargé, et les chariots retournèrent dans le secteur du Bataillon.
  Le 11 Novembre, les combats cessèrent, et le 6e d'Artillerie reçut l'ordre de pénétrer en Allemagne, et d'établir une tête de pont près de Koblenz. C'est ce qu'il fit, en emportant le vin avec lui.
  Le Commandant du Bataillon se sentit quelque peu coupable au sujet du vin, et décida de tout dire au Commandant du Régiment. Ce dernier décida d'en informer la Division. Le commandant de la Division en fut aussi très contrarié, mais il déclara que comme c'était fait, il était trop tard pour entreprendre la moindre action concernant les munitions abandonnées. Cependant, il dirigea le vin afin qu'il soit partagé avec les autres "mess" officiers de la division.
  Les réserves de vin durèrent tout au long de l'occupation, et le vin ne fut utilisé que pour  les occasions spéciales. Tous les "toasts" furent portés avec du "Ch... -du- P...", qui devint connu comme le vin de la 1ère Division.


(A consommer avec modération.)

© 1998- Big Red One Commemorative Unit